Marron Caramel 44 EU TBS Bexter Derby Homme Marron Caramel 44 EU Derby Homme xCpGb0uTU

SKU-108700-qour1283
TBS Bexter, Derby Homme, Marron (Caramel), 44 EU
TBS Bexter, Derby Homme, Marron (Caramel), 44 EU

Freinage

  • 10/07/2018
  • https://www.dacia.ma/bons-plans-financement-et-services/dacia-apres-vente/mon-entretien/freinage.html
Back
Tous les véhicules 24 EU Rouge (Rioja) El Naturalista Kids Kepina Bottes Fille Rouge Rioja 24 EU El Naturalista Kids Kepina Bottes Fille brFU7VgA
Banshee Femme Talon Chaussures V18163 Satinado 38 Noir gDHsNb
OMEamp;QIUMEI Sandales Sandales Sandales Et Des Sandales Bleu 40 xLSIFQKce
Art Harlem Chaussons Montants Femme Marron Star BrownCuero 39 EU Marron (Star Brown-Cuero) 39 EU Chaussons Montants Femme gHxCRTRW45
Dokker Chaussures à bout rond rose fushia Casual femme cnGj8R9Zju
Chaussures Camel Active taupe Casual homme dDXQAv329K
Educalingo cookies sont utilisés pour personnaliser les annonces et d'obtenir des statistiques de trafic web. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
Accepter
Rechercher
nitreux
Rechercher
DICTIONNAIRE

PRONONCIATION DE NITREUX

CATÉGORIE GRAMMATICALE DE NITREUX

substantif
adjectif
verbe
adverbe
pronom
préposition
conjonction
interjection
article
Nitreux adjectif
L' adjectif , c'est le mot adjoint au nom pour le déterminer ou le qualifier.

QUE SIGNIFIE NITREUX EN FRANÇAIS

La définition de nitreux dans le dictionnaire est

MOTS RIMANT AVEC NITREUX

antidartreux
antidartreux
chaleureux
chaleureux
chartreux
chartreux
dangereux
dangereux
dartreux
dartreux
désastreux
désastreux
gendelettreux
gendelettreux
goitreux
goitreux
goîtreux
goîtreux
heureux
heureux
malencontreux
malencontreux
pernitreux
pernitreux
plâtreux
plâtreux
prêtreux
prêtreux
pétreux
pétreux
salpêtreux
salpêtreux
tartreux
tartreux
théâtreux
théâtreux
traîtreux
traîtreux
vitreux
vitreux

MOTS COMMENÇANT COMME NITREUX

nitr atation
nitr ate
nitr até
nitr ater
nitr ation
nitre
nitré
nitre r
nitr ière
nitr ifiant
nitr ificateur
nitr ification
nitr ifier
nitr ile
nitr ine
nitr ique
nitr ite
nitr o-cellulose
nitr o-glycérine
nitr o-prussiate

MOTS FINISSANT COMME NITREUX

aff reux
amou reux
bienheu reux
c reux
doulou reux
dési reux
fer reux
foi reux
géné reux
malheu reux
nomb reux
oné reux
peu reux
po reux
p reux
rigou reux
savou reux
sulfu reux
reux
ténéb reux

Synonymes et antonymes de nitreux dans le dictionnaire français de synonymes

SYNONYMES

SYNONYMES DE «NITREUX»

synonymes de nitreux
azoteux

MOTS EN RAPPORT AVEC «NITREUX»

nitreux azoteux oxyde définition drogue nitreux wiktionnaire plonge soie dans solution diluée acide elle colore jaune paille après vingt quatre heures peut prendre ensuite teintes nbsp glossaire greenfacts incolore inflammable dont formule chimique naturellement produit bactéries élevage bétail environnement canada pollution déchets information sujet moléculaire encyclopædia universalis action sans amines tertiaires transforme secondaires nitrosamines colorées orangé véritable source composés azotés réactifs cette étude permis mettre évidence forte contribution cycle azote atmosphérique émissions naturelles encyclopedie

Traducteur en ligne avec la traduction de nitreux à 25 langues

TRADUCTEUR

TRADUCTION DE NITREUX

nitreux
sens a gent

Contenu de sens a gent

Publicité ▼

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ,télécharger le ;

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).

Renseignements de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont : ○ Anagrammes jokers, mots-croisés Premiers Pas Bébé Garçon Bleu (Sauvage Jeans) Little Mary Lord Premiers Pas Bébé Garçon Bleu Sauvage Jeans 24 EU ofiw1W
Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Chaussures Hirschkogel taupe femme KSCzZC6x0D

Dictionnaire de la langue françaisePrincipales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés. Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID). L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres Ecco Flash Sandales Bout Ouvert Femme Beige Gravel 42 EU Sandales Bout Ouvert Femme 42 EU Beige (Gravel) Ecco Flash raCS4BIhAD
sont proposés par Memodata. Le service web VALLEVERDE Baskets pour femme Noir noir 37 EU nynbYNhe
est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay .

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions. Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

4694 visiteurs en ligne

calculé en 0,078s

L'Église catholique et la grande apostasie de cette fin des temps – Saint SIège vacant – Doctrine catholique traditionnelle – La véritable Église est là où est la vraie foi

Sommaire

La foi avant tout

Tout espace est un décorum dans lequel sont les choses. La foi est sainte, c’est-à-dire qu’on ne pèche pas dans la vraie foi, mais en dehors d’elle. Donc, c’est d’abord la foi qui compte ; c’est elle qui mortifie, car la foi exige la soumission de l’intelligence et de la volonté.

Ainsi, peu importe où on est, dans un espace public comme la rue, un parc, etc. ou un espace dit virtuel, pourtant réel, comme internet, ou dans ses propres pensées, ce qui compte est de vivre de la foi, et non pas d’abord d’essayer d’éviter naturellement seulement les choses mauvaises.

C’est par la vraie qu’on évite facilement les occasions de péché, pas hors de la foi, puisque c’est déjà le péché d’être en dehors.

C’est un péché mortel de regarder volontairement les choses qui éveillent directement le désir sexuel

C’est un péché mortel de regarder volontairement et de continuer à regarder les choses qui éveillent directement le désir sexuel. La garde des yeux est toujours nécessaire, et il est clairement coupable de fixer les yeux sur une personne ou un objet dont on sait susciter directement ou immédiatement des pensées et des désirs coupables.

Saint Alphonse de Liguori,, la mortification des yeux, p. 221 :» Frère Roger, un franciscain de pureté singulière, s’est vu une fois demandé pourquoi il était si réservé dans ses rapports avec les femmes, il répondit que lorsque les hommes évitent les occasions de péché, Dieu les préserve ;maisquand ils s’exposent au danger,ils sont juste abandonnés par le Seigneur , et tombent facilement dans certaines transgressions graves «.

Notre ennemi, le diable, d’abord et avant tout, vient à nous et entre dans nos cœurs à travers nos yeux.Aucun autre sens n’est plus puissant chez l’homme pour le tenter. Apprendre à contrôler ce que vous regardez est absolument essentiel pour être sauvé, car chaque fois que vousregardez volontairement avec convoitisedans votre cœur une chose impudique, séduisante ou inadaptée, ou n’importe quelle chose d’ailleurs même modeste, vous avez assurément commis un péché mortel !Par conséquent, lorsque vous tombez sur quelque chose de péccamineux avec vos yeux (ou même quelque chose de licite, mais qui est très beau), vous devez prendre l’habitude de regarder vers le bas ou à l’extérieur – car le péché de luxure ne sera pas loin – en faisant le signe de la croix et dire 1 ou 3 Je vous salue Marie, qui est fortement recommandée car elle aide à lutter contre les impuretés.

D’innombrables saints ont réprimandé des personnes pour leur grande erreur de ne pas contrôler leurs yeux.Saint Ignace de Loyola a réprimandé un frère pour avoir regardé un visage pendant plus qu»un bref moment.Sainte Brigitte a fait une confession spécifique pour chaque visage unique qu’elle a vu au cours de chaque jour !Ceci est la vraie sagesse, mais la coutume et l’habitude du monde actuel vous dit de toujours regarder la personne avec qui vous êtes, ou d’en regarder le visage, même si elles sont sur la télévision ! C’est une mauvaise habitude pour dire le moins.Cela souvent conduit à des péchés et des pensées impures et aux tentations du diable.La modestie et la pureté exigent que nous ne regardions pas les gens en face, et surtout les yeux, voire pas du tout, ou seulement pour un très court moment, même lorsque nous leur parlons directement.Dans les temps anciens, c’était de notoriété publique.

Saint Alphonse de Liguori,: » Mais je ne vois pas comment le regard des jeunes de sexe différent peut être dispensé de la culpabilité d’une faute vénielle, ou même de péché mortel, quand il y a danger de proximité du consentement criminel. «Il n’est pas permis», dit saint Grégoire, «de voir ce qu’il n’est pas permis de convoiter». La mauvaise pensée qui procède de l’air, même si elle devrait être rejetée, ne manque jamais de laisser une tache sur l’âme «. (La, p. 256)

La citation ci-dessus de Saint-Alphonse montre aussi pourquoi la plupart des choses diffusées sur les médias sont totalement impropres à regarder ou à lire. Les nouvelles (infos) en soi ne sont pas mauvaises ou contraires à Dieu ou à la morale, mais la plupart des journaux ou des nouveaux-canaux aujourd’hui contiennent des images totalement inacceptables où hôtes des émissions télé sont impudiquement vêtus ou très beaux ou belles, ce qui les rend extrêmement inadaptés à lire ou regarder, ou au moins de fixer l’œil dessus.Rappelez-vous, «Il n’est pas permis», dit saint Grégoire, «de voir ce qu’il n’est pas permis de convoiter». Lire les journaux que vous connaissez contenir beaucoup de prostituées, photos impudiques et sexuelles et des histoires inutiles sur le sexe, etc., est de l’idiotie complète et permettra les péchés de la chair si vous ne pouvez pas vous garder vous-même.Par exemple, dans le passé, je suis allé sur de nombreux sites d’information grand public juste pour lire les nouvelles, et c’est devenu si mauvais que je n’y vais jamais sans d’abord bloquer toutes les images (sur mon navigateur web).En fait, j’ai même pris l’habitude de surfer sur le web sans images ou Java Script du tout.Presque tous les sites fonctionnent parfaitement bien sans les images et JavaScript activé de toute façon. Et sur les quelques sites qui ne fonctionnent pas sans Java Script activé, on peut toujours faire une exception pour ce site.

Il est très important pour son salut, lorsque vous surfez sur Internet, de se débarrasser detoutes lesannoncesimmorales ou autressur Internet. Et si les gens n’utilisent pas un navigateur web qui peut utiliser des extensions (ou s’ils ne les ont pas installés) ils sont tenus de changer de navigateur et de les installer en vertu de l’obéissance à la loi de Dieu qui exige la modestie et l’évitement du péché quand il est possible de le faire.

Livres

De la vie de sainte Thérèse : «Ce que je vais maintenant dire, a été, je crois, le début d’un grand tort pour moi.J’avais contracté l’habitude de lire des livres, et ce petit défaut que j’ai observé fut le début de la tiédeur dans mes bons désirs, et l’occasion de mon apostasie à d’autres égards.Je pensais qu’il n’y avait aucun mal à cela lorsque je faisais profession de perdre nombre d’heuressi vainesjour et nuit, même si je l’ai gardé secret à mon père. J’étais donc complètement maîtrisé par cette passion, je pensais que je ne pourrais jamais être heureuse sans un nouveau livre».

N’est-ce pas quelque chose ?N’avons-nous pas tous pensé comme Thérèse, que nous ne pouvons pas être heureux sans nos médias/films mauvais ou nos mauvais livres ?Si l’effet pour cette sainte fut le début d’un grand mal, qu’est-ce donc cela sera pour vous, si ce que vous faites en comparaison avec elle est infiniment plus dommageable et dangereux pour votre âme ?Combienn’est-il pasbête et stupide de passer son temps à lire de mauvais livres du monde, quand on peut passer du temps à la lecture de bons livres catholiques au sujet de la vertu qui édifie l’âme, l’esprit et le corps ?Vous trouverez d’innombrables bons livres catholiques si vous regardez juste au bon endroit.

Saint Alphonse : «Pour la vie spirituelle, la lecture des livres saints n’est peut-être pas moins utile que la prière mentale.Saint Bernard affirme que la lecture nous enseigne à la fois dans la prière et dans la pratique de la vertu.Par conséquent, il a conclu que la lecture spirituelle et la prière sont les bras par lesquels l’enfer est vaincuet le paradis gagné … »

Brûlez immédiatement tous les livres, médias /filmsou albums qui peuvent représenter un péché, et repentez-vous, faites pénitence, et confessez ce mal. Comme vous pouvez rejeter du poison en mesure de vousblesservous-même ou votre enfant, faites la même chose ici.Pensez à plaire à Dieu en premier par la foi catholique car), et non à vous-même ou à votre enfant.La vie est trop courte et l’enfer est trop long et pénible pour refuser de suivre la loi de Dieu.

Pape Pie IV, Règles tridentines pour l’interdiction des livres, «Dominici gregis custodiae», 25 mars 1564, Règle 7 : «Les livres qui traitent,racontent ou enseignent expressément des choses luxurieuses ou obscènes, du moment qu’il faut tenir compte non seulement de la foi mais également des mœurs qui habituellement sont facilement corrompues par la lecture de tels livres, ils sont absolument prohibés…».

Pape Pie IV, Règles tridentines pour l’interdiction des livres, «Dominici gregis custodiae» : «Il est ordonné à tous les fidèles que personne ne doit oser lire ou posséder des livres, quels qu’ils soient, contre la prescription de ces règles ou la prohibition de cet Index. Mais si quelqu’un lit ou possède des livres d’hérétiques ou des écrits d’un auteur quelconque qui sont condamnés ou prohibés pour cause d’hérésie ou de soupçon de fausse doctrine, il encourt aussitôt une sentence d’excommunication…»

On doit éviter l’occasion prochaine de pécher

Que l’on doit éviter l’occasion de pécher pour êtreet recevoirde Dieu est un fait certain de la nature et de la loi divine qui a toujours été enseigné par l’Église et ses Saints.Par exemple, le bienheureux pape Innocent XI pendant son pontificat, a condamné trois propositions qui niaient cette vérité :

Innocent XI, n° 61, 4 mars 1679 : « Peut parfois être absous celuiqui demeure dans une occasion prochaine de pécher qu’il ne peut et ne veut pas éviter, même qu’ilcherchedirectement ou délibérément ou dans laquelle il se jette »

Innocent XI, n° 62, 4 mars 1679 : « L’occasion prochaine de pécher ne doit pas pour être évitée quand il y a une raison utile ou honnête pour ne pas la fuir »

Innocent XI,n° 63, 4 mars 1679 :« Il est permis de chercher directement l’occasion prochaine de pécher pour notre bien spirituel ou temporel, ou pour celui de notre prochain »

Ici, nous voyons que l’Église confirme l’opinion selon laquelle «Il est permis de chercher directement l’occasion prochaine (directe) de pécher pournotre bien spirituel ou temporel, ou pour celui de notre prochain» est directement condamnée .Et cette condamnation est pour ceux qui «cherchent directement l’occasion prochaine de pécher»pour une bonne raison, plutôt que pour une raison égoïste.Mais la plupart des gens dans ce monde ne regardent ou n’écoutent même pas les médias mauvais et impies pour une bonne raison, mais plutôt pour le plaisir ou pour d’autres raisons inutiles, et certainementnécessaire ou «pour notre bien spirituel ou temporel, ou pour celui de notre prochain».Cela nous montre que l’Église et la loi naturelle abhorrent et condamnent absolument l’opinion selon laquelle on peut regarder ou écouter les médias indifférement.

Ceux qui continuent de se placer dans l’occasion prochaine de pécher perdront leur âmes

Les gens qui continuent de se placer dans une occasion prochaine de pécher ou restent volontairement prochesd’une occasion prochaine de pécher,perdront sans doute leur âme, puisque Dieu permettra au diable de les tromper, en quelque sorte, car ils ont rejeté la Parole de Dieu, et ont choisi de se mettre eux-mêmes dans la voie de la tentation. Parce qu’ils ont rejeté la grâce de Dieu qui les avait exhorté à éviter ces choses, et qu’ils ont choisi à la place de se mettre sur la voie de la tentation, et donc, Dieu leur permet de tomber.

Beaucoup, en effet, prétendent par présomption qu’ils ne seront pas tentés en regardant ou qu’ils seront en mesure de le contrôler, mais ici nous voyons dans les condamnations du bienheureux pape Innocent XI que l’on ne peut même pas se mettre dans «l’occasion prochaine de pécher pournotre proprebien spirituel ou temporel ou celui du prochain».

Dieu abandonnera sans doute une personne présomptueuse et orgueilleuse, et l’Église et ses saints ont toujours condamné ces individus qui se confient en leur propre force.En fait, on peut même comprendre par la lumière de la raison naturelle que l’on n’a pas le droit de se mettre dans l’occasion de péché ; ainsi ceux qui font cet acte n’auront aucune excuse au jour du jugement.

En outre, une personne qui regarde leschoses mauvais, mondaines ou impies, tente son prochain en regardant ces choses mauvaises aussi, et donc par son mauvais exemple, se met elle-même et les autres dans la voie de la damnation par son égoïsme et sa présomption.Donc, en plus de se damner,, une telle personne tente les autres et les faitégalement sedamner par son mauvais exemple.

C’est donc un faitque« lorsque les hommes évitent les occasions de péché, Dieu les préserve ;maisquand ils s’exposent au danger,ils sont juste abandonnés par le Seigneur , et tombent facilement dans certaines transgressions graves». (saint Alphonse de Liguori,, la mortification des yeux, p. 221)

Saint Alphonse, pouréviter les occasions de péché : «Nous trouvons dans l’évangile de ce jour qu’après sa résurrection, Jésus Christ est entré, mais les portes étaient fermées, dans la maison dans laquelle les apôtres étaient assemblés, et se tint au milieu d’eux.Saint Thomas dit que le sens mystique de ce miracle est que le Seigneur n’entre pas dans nos âmes que si nous gardons la porte des sens fermés (Jean, 20, 4). Si, alors, nous souhaitons que Jésus-Christ habite en nous, nous devons garder les portes de nos sens fermées contre les occasions dangereuses, sinon le diable fera de nous ses esclaves .Je vais montrer aujourd’hui le grand danger de perdition pour ceux qui ne se permettant pas d’éviter les occasions de péché, s’exposent.

«1.Nous lisons dans les Écritures que le Christ et Lazare sont ressuscités des morts. Le Christ est ressuscité pour ne plus mourir : «Le Christ ressuscité des morts ne meurt plus» (Rom. 6, 9.) ;Lazare se releva, et est mort à nouveau.L’abbé Guerric remarque que le Christ est ressuscité libre et non lié ;«Mais Lazare sortit les pieds et les mains liés»(Jean 11, 44). Misérable l’homme, ajoute cet auteur, qui se relève du péché lié à une quelconque occasion dangereuse : il va mourir à nouveau en perdant la grâce divine.Il s’ensuit que, qui veut sauver son âme, ne doit pas seulement abandonner le péché, mais aussi les occasions de péché : c’est-à-dire qu’il doit renoncer à telle intimité, telle maison ;il doit renoncer à ces compagnons méchants, et à toutes les occasions similaires qui l’incitent au péché.

«2.En conséquence du péché originel, nous avons tous envie de faire ce qui est interdit.Ainsi saint Paul se plaint qu’il a connu en lui-même une loi opposée à la raison : «Mais je vois une autre loi dans mes membres, la lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché»(Rom. 7, 23). Maintenant, quand une occasion dangereuse est présente, elle excite violemment nos désirs corrompus, de sorte qu’il est alors très difficile de leur résister : parce que Dieu retient l’aideefficace de ceux qui s’exposent volontairement à l’occasion du péché .«Celui qui aime le danger y périra»(Ecclésiastique 3, 27). «Quand», dit saint Thomas, dans son commentaire sur ce passage, «nous nous exposons au danger, Dieu nous y abandonne». Saint Bernardin de Sienne enseigne que le conseil d’éviter les occasions de péché est la meilleure de tous les défenses, et comme le fondement de la religion.

«3.Saint-Pierre dit que «le diable va, cherchant qui il dévorera»(1 P. 5, 8). Il est sans cesse en course après nos âmes, s’efforçant de conclure et d’en prendre possession.Ainsi, il cherche à placer devant nous les occasions de péché, par lequel il entre dans l’âme.«Explorat», dit saint Cyprien, «an sit pars cujus aditu penetret». Quand l’âme cède aux suggestions du diable, et s’expose à des occasions de péché, il entre facilement et la dévore.La ruine de nos premiers parents se pose par leur hauteur d’occasion de péché.Dieu leur avait interdit non seulement de manger, mais même de toucher le fruit interdit.En réponse à latentation duserpent, Eve dit : «Dieu nous a commandé que nous ne devrions pas en manger, et que nous ne devrions pas y toucher»(Genèse 3, 3). Mais «elle vit, prit et manga» le fruit défendu : elle l’a d’abord regardé, elle l’a ensuite pris dans ses mains, et ensuite elle l’a mangé.C’est ce qui arrive habituellement à tous ceux qui s’exposent aux occasions de péché. Par conséquent, étant une fois contraint par les exorcismes de dire le sermonqui lui déplaisait le plus, le diable a avoué que c’était le sermon d’éviter les occasions de péché . Tant que nous nous exposons à des occasions de péché, le diable rit de toutes nos bonnes intentions et promesses faites à Dieu. Le plus grand soin de l’ennemi est de nous inciter à ne pas éviter les mauvaises occasions ; car ces occasions, comme un voile placé sous les yeux, nous empêche de voir soit les lumières reçues de Dieu, ou les vérités éternelles, ou les résolutions que nous avons faites : en un mot, elles nous font tout oublier, et comme qui nous force dans le péché .

«4. «Sache que lamortcommuniqueparce que tu t’avanceras au milieu des pièges»(Ecclésiastique 9, 20Vulg.) Toute personne née dans ce mondeentreau milieu de pièges.Ainsi, le Sage conseille à ceux qui veulent être sûr de se prémunir contre les pièges du monde et se retirer d’eux : «Celui qui se garde des pièges sera en sûreté»(Prov. 11, 15). Mais si, au lieu de se retirer d’eux, un chrétien s’approche d’eux, comment peut-il éviter d’être pris par eux ? Ainsi, après avoir avec tant de perte appris le danger de s’exposer au danger du péché, David dit que, pour continuer d’être fidèle à Dieu, il a s’est gardé à distance de toutes les occasions qui pourraient le conduire à la rechute. «Je retiens mon pied loin de tout mauvais chemin, je peux garder tes paroles»(Ps 118, 101). Il ne dit pas de tout péché, mais de tout mauvais chemin qui mène au péché.Le diable est prudent pour trouver des prétextes pour nous faire croire que certaines occasions où nous nous exposons nous-mêmes ne sont pas volontaires, mais nécessaires.Lorsque l’occasion dans laquelle nous sommes placés est vraiment nécessaire, le Seigneur nous aide toujours à éviter le péché ;mais nous imaginons parfois certaines nécessités qui ne suffisent pas à nous en excuser.«Un trésor n’est jamais sûr», dit saint Cyprien, «aussi longtemps qu’un voleur est hébergé dans l’enceinte, ni un agneau en sûreté alors qu’il habite dans la même tanière avec un loup»(Lib. de chant. Cler). Le saint parle à ceux qui ne souhaitent pas supprimer les occasions de péché, et disenttoujours: «Je n’ai pas peur de tomber». Comme personne ne peut être sûr de son trésor s’il garde un voleur dans sa maison, et comme un agneau ne peut pas être sûr de sa vie s’il reste dans la tanière d’un loup, alors même personne ne peut être sûr du trésor dela grâce deDieu s’il est résolu à continuer dans l’occasion du péché.Saint-Jacques enseigne que tout homme a en lui un ennemi puissant, c’est-à-dire ses mauvais penchants, qui le tentent au péché. «Chacun est tenté par sa propre concupiscence, attiré, et séduit»(Jacques 1, 14). Si, alors, nous ne nous éloignonspas des occasions externes, comment pouvons-nous résister à la tentation et éviter le péché ? Gardons donc sous nos yeux le remède général que Jésus a prescrit pour la victoire des tentations et sauver nos âmes : «Si ton œil droit te scandalise, arrache-le et jette-le loin de toi»(Matthieu 5, 29). Si vous trouvez que votre œil droit est pour vous une cause de damnation, vous devez l’ôter et le jeter loin de vous : c’est-à-dire, que quand il y a danger de perdre votre âme, vous devez vous éloigner de toutes les occasions mauvaises.Saint François d’Assise disait, comme je l’ai dit dans un autre sermon, que le diable ne cherche pas, au début, à lier les âmes timorées avec la chaîne du péché mortel, parce qu’elles seraient inquietes à l’idée de commettre un péché mortel, et s’éloigneraient avec horreur : il s’efforce de les lier par un seul cheveu, qui ne provoque pas beaucoup de peur, parce que, par ce moyen, il réussira plus facilement contre le renforcement de leurs obligations, jusqu’à ce qu’il les ait fait ses esclaves.Ainsi celui qui veut être libre contre le danger d’être l’esclave de l’enfer doit briser tous les cheveux par où l’ennemi tente de le lier, c’est-à-dire qu’il doit éviter toutes les occasions de péché , comme certaines manières de parole, des lieux, des petits cadeaux, et des mots d’affection.En ce qui concerne ceux qui ont eu l’habitude de l’impureté, il ne sera pas suffisant d’éviter la proximité (près de) de récidives : s’ils ne se tiennent paséloignésdes récidives, ils vont très facilementretomberdans leurs anciens péchés.

« 5. L’impureté, dit saint Augustin, est un vice qui fait la guerre à tous, et que peu conquièrent. «La lutte est commune, mais la victoire rare.» Combien d’âmes misérables ont participé au concours de ce vice, et ont été vaincues ! Mais pour vous inciter à vous exposez aux occasions de ce péché, le diable vous dira ne pas avoir peur d’être vaincu par la tentation. «Je ne veux pas», dit saint Jérôme, «me battre avec l’espoir de la victoire, de peur que je doive parfois perdre la victoire.» Je ne vais pas m’exposer au combat avec l’espoir de vaincre, parce qu’en m’engageant volontairement dans la lutte, je perdrai mon âme et mon Dieu. Pour échapper à la défaite dans cette lutte, une grande grâce de Dieu est nécessaire ; et pour nous rendre dignes de cette grâce, nous devons, pour notre part, éviter les occasions de péché . Pour pratiquer la vertu de chasteté, il est nécessaire de nous recommander sans cesse à Dieu : nous n’avons pas la force de la préserver ; la force doit être le don de Dieu. «Et comme j’ai su», dit le Sage, «que je ne pouvais être continent si Dieu ne me donnait de l’être …, je recourus au Seigneur, et le suppliai, …» (Sg 8, 21). Mais si nous nous exposons à des occasions de péché, nous donnerons à notre chair rebelle les moyens pour faire la guerre à l’âme. «Et», dit l’apôtre, «n’abandonnez point vos membres au péché comme des instruments d’iniquité…» (Rom. 6, 13). En expliquant ce passage, saint Cyrille d’Alexandrie dit : «Vous stimulez la chair, vous l’armez, et la rendez puissante contre l’esprit». Saint Philippe Néri disait que dans la guerre contre le vice de l’impureté, la victoire est acquise par des lâches – ce qui est, par ceux qui s’éloignent des occasions de ce péché. Mais l’homme qui s’y expose, arme sa chair, et la rend si puissante, qu’il sera moralement impossible pour lui de résister à ses attaques.

« 6. «Crie», dit le Seigneur à Isaïe, «toute chair est de l’herbe» (Isaïe 40, 6). Ainsi, dit saint Jean Chrysostome, si toute chair est comme l’herbe, il est aussi insensé pour un homme qui s’expose à l’occasion de péché espérer préserver la vertu de pureté, que s’attendre à ce que le foin, dans lequel une torche a été jetée, ne s’enflamme pas . «Mettez une torche dans le foin, puis osez nier que le foin va brûler». Non, dit saint Cyprien, il est impossible de se tenir au milieu des flammes, et ne pas brûler. «Impossibile est flammis circumdari et non ardere» (Lib. de chant. Cler.) «Est-ce qu’un homme», dit le Saint-Esprit, «peut cacher du feu dans son sein, sans que ses vêtements s’embrasent ? Ou marcher sur des charbons ardents, sans que soient brûlées les plantes de ses pieds ?» (Prov. 6,27, 28) Ne pas être brûlé dans de telles circonstances serait un miracle. Saint Bernard enseigne que de préserver la chasteté, et, en même temps, s’exposer à l’occasion prochaine de pécher, «est un plus grand miracle que de ressusciter un homme mort à la vie .

« 7. En expliquant le cinquième psaume, Saint- Augustin dit que «celui qui est pas disposé à aller au danger, souhaite y périr «. Ainsi, en un autre endroit, il exhorte ceux qui souhaitent vaincre, et de ne pas périr, afin d’éviter les occasions dangereuses. «Dès l’occasion de tomber dans le péché, prenez la fuite, si vous désirez obtenir la victoire» (Sermon 250 de temp.). Certains ont bêtement confiance dans leur propre force, et ne voient pas que leur force est semblable à celle du lin placé dans le feu. «Votre force se comme la cendre chaude de l’étoupe [excédent de fil de lin]» (Isaïe 1, 31). D’autres, ont confiance dans le changement qui a eu lieu dans leur vie, dans leurs confessions, et les promesses qu’ils ont faites à Dieu, et disent : Par la grâce du Seigneur, j’ai maintenant pas mal de motif d’entreprendre la recherche de telle personne ; sa présence n’est même pas une occasion de tentations : Écoutez, vous tous qui parlez de cette manière. En Mauritanie il y a des ours qui vont à la recherche des singes, pour s’en nourrir : dès qu’un ours apparaît, les singes courent sur les arbres, et ainsi se sauvent. Mais qu’est-ce que fait l’ours ? Il s’étend sur le sol comme s’il était mort, et attend que les singes descendent des arbres. Au moment où il voit qu’ils sont descendus, il surgit, s’empare d’eux, et les dévore. Ce sont donc les actes du diable : il fait paraître la tentation comme étant morte, mais quand une âme descend, et s’expose à l’occasion de péché, il attise la tentation, et la dévore. Oh ! combien d’âmes misérables, consacrées aux choses spirituelles, à l’oraison mentale, à la communion fréquente, et à une vie de sainteté sont, en s’exposant à l’occasion de péché, devenues les esclaves du diable ! Nous trouvons dans l’histoire ecclésiastique qu’une sainte femme, qui s’employait pieusement à enterrer les martyrs, en trouva une fois un parmi eux qui n’était pas encore mort. Elle le fit entrer dans sa propre maison, et lui procura un médecin et de la médecine, jusqu’à ce qu’il récupère. Mais, ce qui s’est passé ? Ces deux saints (comme ils pourraient être appelés – l’un d’eux sur le point d’être un martyr, l’autre consacrant son temps aux œuvres de miséricorde avec autant de risques d’être persécuté par les tyrans) sont tombés les premiers dans le péché et la perte de la grâce de Dieu, et, devenant plus faible par le péché, ont, par la suite, renié la foi. Saint-Macaire rapporte un fait similaire concernant un vieil homme qui avait souffert étant à moitié brûlé pour la défense de la foi ; mais, étant ramené en prison, malheureusement pour lui, il forma une intimité avec une femme pieuse qui avait servi les martyrs, et est tombé dans le péché.

« 8. Le Saint-Esprit nous dit que nous devons fuir le péché comme un serpent. «Comme à l’aspect d’un serpent fuis les péchés» (Ecclésiastique 21, 2). Ainsi, comme nous évitons non seulement la morsure d’un serpent, mais faisons attention à ni le toucher ni l’approcher, nous devons donc fuir non seulement du péché, mais aussi de l’occasion du péché – ce qui est, la maison, la conversation, la personne qui nous conduirait au péché . Saint-Isidore dit que celui qui veut rester près d’un serpent, ne restera pas longtemps indemne. «Juxta serpentem positus non erit sin illaesus» (Solit., Bk. 2). Par conséquent, si une personne est susceptible de se révéler être une occasion pour votre ruine, l’avertissement du Sage est, «Éloigne d’elle ta voie, et ne t’approche pas de la porte de sa maison» (Prov. 5, 8). Non seulement il vous dit de ne pas entrer dans la maison qui est pour vous un chemin vers l’enfer («Ce sont des voies de l’enfer que sa maison» Prov. 7, 27) ; mais il met aussi en garde de ne pas vous en approcher, et même de vous gardez à distance de celle-ci. «Ôtez votre voie loin d’elle». Mais, direz-vous, si j’abandonne cette maison, mes affaires temporelles en souffrent. Il est préférable que vous subissiez une perte temporelle, que de perdre votre âme et votre Dieu. Vous devez être persuadés que, quel que soit ce qui concerne la chasteté, il ne peut pas y avoir de trop grande prudence. Si nous voulons sauver nos âmes du péché et de l’enfer, nous devons toujours craindre et trembler. «Avec crainte et tremblement travaillez à votre salut» (Phil. 2, 12). Celui qui n’est pas craintif, mais s’expose à des occasions de péché, sera à peine sauvé . Par conséquent, dans nos prières, nous devons dire tous les jours, et plusieurs fois dans la journée, la demande du Notre Père, «Et ne nous soumets pas à la tentation». Seigneur, ne me permet pas d’être attaqué par ces tentations qui me privent de ta grâce. Nous ne pouvons pas mériter la grâce de la persévérance ; mais, selon saint Augustin, Dieu l’accorde à tous ceux qui la demande, parce qu’il a promis d’entendre tous ceux qui le prient. Ainsi, le saint docteur dit que le Seigneur, «par ses promesses s’est fait lui-même débiteur» (cf. Romains 4, 25) ». ( , saint Alphonse de Liguori, Sermons n° 2-4, des 1882, p. 152-173)

Le consentement à une mauvaise pensée suffit à damner une personne

Il est également très facile de pécher en pensée. Le consentement de la volonté à une mauvaise pensée suffit à damner une personne pour brûler en enfer pour l’éternité.Le consentement de la volonté consiste soit à accomplir la mauvais pensée en acte, soit à consentir à le faire si on le pouvait.

Saint Alphonse : «Écoutez cet exemple :Un garçon allait souvent à la confession ; et tout le monde le prenait pour un saint. Une nuit, il a fait une hémorragie, et il a été retrouvé mort. Ses parents sont allés à son confesseur en pleurant le priant de le recommander à Dieu ; et il leur dit : «Réjouissez-vous, votre fils, je le sais, c’était un petit ange, Dieu a voulu le retirer de ce monde, et il doit maintenant être dans le ciel, il doit, cependant, être encore au purgatoire, je vais dire la messe pour lui». Il avait mis ses habits pour aller à l’autel ; mais avant de quitter la sacristie, il se vit en présence d’un spectre effrayant, et lui a demandé au nom de Dieu qui il était. Le fantôme répondit qu’il était l’âme de celui qui venait de mourir. Oh ! est-ce vous ? s’écria le prêtre ; si vous êtes dans le besoin de prières, je vais me contenter de dire la messe pour vous. Hélas ! Messe ! Je suis damné, je suis en enfer ! Et pourquoi ? «Écoutez», a déclaré l’âme : « Je n’avais encore jamais commis un péché mortel, mais la nuit dernière une mauvaise pensée m’est venue à l’esprit ; je lui ai donné mon consentement, età la foisDieu m’a fait mourir, et m’a condamné à l’enfer dans lequel j’ai mérité d’être.Ne dites pas la messe pour moi ; elle ne ferait qu’augmenter mes souffrances «. Ayant ainsi parlé, le fantôme a disparu». vol 15, p. 167)

«O l’éternité, l’éternité !Les saints tremblent à la seule pensée de l’éternité ;et les pécheurs, qui êtes dans la disgrâce de Dieu, vous ne craignez pas ?Vous ne tremblez pas ?Il est de foi que celui qui meurt en état de péché va brûler dans le feu de l’enfer pour l’éternité !»(Ibid., p. 108)

L’Écriture enseigne que peu sont sauvés

L’Écriture enseigne que quelques-uns sont sauvés (Matthieu 7, 13) et que presque tout le monde est dans l’obscurité, si bien que Satan est même appelé le «prince» (Jean 12, 31) et le «dieu» (2 Cor. 4, 3) de ce monde.«Nous savons que nous sommes de Dieu ; et le mondetout entierest sous l’empire du malin»(1 Jean 5, 19).

Pourquoi la plupart des gens sont damnés ?La plupart des gens sont condamnés parce qu’ils ne se soucient pas de Dieu, ni ne le craignent pour éviter le péché et les occasions avérées de tomber dans le péché . Ils n’aiment pas Dieu plus qu’ils aiment leur propre volonté perverse ou amour-propre, cequi est la raison directe de leur mode de vie indifférent; ils ne se soucient pas de Dieu pour éviter même ce qu’ils savent toute évidence les conduire dans le péché possible.

Le grand saint Ambroise dit à ce sujet :« La vraie repentance [et donc l’amour de Dieu] est de cesser de pécher [tout péché, même minime] ».

Cela signifie bien sûr que l’on doit faire tout en son pouvoir pour éviter non seulement le péché mortel,mais aussi le péché véniel.Cela signifie aussi, en fait, ne jamais même avoir une volonté de commettre le moindre péché que l’on sait être un péché coupable ou avec consentement contre le bon Dieu – et ainsi nous pouvons déjàdéduirepourquoi la plupart des gens, en fait, sont damnés. La raison c’ est qu’il est seulement difficile d’être sauvé pour les mauvaises âmes, mais non pas pour les bonnes âmes.

Voir : Sur le sacrement de pénitence et la contrition et quand à la réception du pardon sans une absolution

Dieu préserve ceux qui se préservent et abandonne ceux qui s’exposent

Saint Alphonse : «Quand les hommes évitent les occasions de péché, Dieu les préserve ;Mais quand ils s’exposent au danger, ils sont justement abandonné par le Seigneur, ettombentfacilement dansquelques transgressions graves».

Dieu préserve ceux qui restent dans la vraie foi, et c’est par la vraie foi qu’Il donne la grâce d’être dociles à ce qu’Il interdit. Sans cette foi ou sans obéir à la grâce que Dieu donne pour y parvenir, c’est impossible.

Innocent XI, n° 61, 4 mars 1679 :« Peut parfois être absous celui qui demeure dans une occasion prochaine de pécher qu’il ne peut et ne veut pas éviter, même qu’ilcherchedirectement ou délibérément ou dans laquelle il se jette »

Innocent XI, n° 62, 4 mars 1679 : « L’occasion prochaine de pécher ne doit pas pour être évitée quand il y a une raison utile ou honnête pour ne pas la fuir »

Innocent XI,n° 63, 4 mars 1679 : « Il est permis de chercher directement l’occasion prochaine de pécher pour notre bien spirituel ou temporel, ou pour celui de notre prochain »

Saint Alphonse de Liguori s ur la mortification des yeux

Saint Alphonse Marie de Liguori décrit dans son livre, le chef-d’œuvre , combien lamodestie des yeuxest absolument cruciale pour tous afin de sauver leurs âmes :

«Sur la mortification des yeux, et sur la modestie en général. Presque toutes nos passions rebelles commencent par des regards sans surveillance ; car, d’une manière générale, c’est par la vue que toutes les affections et désirs désordonnés sont excités.Ainsi, le saint homme Job «a fait un pacte avec ses yeux, pour ne même pas penser à une vierge»(Job XXXI, 1). Pourquoi a t-il dit qu’il ne penserait même pas à une vierge ?N’aurait-il pas dit qu’il a fait un pacte avec ses yeux pour ne pas regarder une vierge ? Non ;il dit très bien qu’il ne penserait pas à une vierge ;parce que les pensées sont tellement liées avec des regards, que les premières ne peuvent être séparées de ceux-ci, et donc, pour échapper à la brutalité de l’imagination du mal, il résolut de ne jamais fixer ses yeux sur une femme.

«Saint Augustin dit : «La pensée suit le regard ; le plaisir vient après la pensée, et après le consentement au plaisir». De l’apparence procède la pensée ;de la pensée le désir ; car, comme le dit saint François de Sales, ce qui n’est pas vu n’est pas souhaité, et le désir réussit au consentement.

«Si Ève n’avait pas regardé la pomme interdite, elle n’aurait pas dû être diminuée ;mais parce que «elle vit que cela était bon à manger, et juste pour les yeux, et belle à voir, elle prit de son fruit, et en mangea»(Gen. III. 6). Le diable nous tente d’abord à regarder, puis à désirer, et par la suite à consentir.

«Saint Jérôme dit que Satan exige «un début de notre part». Si nous commençons, il complète notre destruction. Un coup d’œil délibéré à une personne de sexe différent allume souvent une étincelle infernale, qui consomme l’âme .«À travers les yeux», dit saint Bernard, «les flèches meurtrières d’amour entrent». Le premier dard qui blesse et souvent prive les âmes chastes de la vie trouve admission à travers les yeux.Par eux David, le bien-aimé de Dieu, est tombé. Salomon, une fois sous l’inspiration du Saint-Esprit, fut entraîné par eux dans les plus grandes abominations.Oh !combien sont perdus en se livrant à leurs yeux !

«Les yeux doivent être soigneusement gardés par tous ceux qui ne veulent pas être obligés de participer à la lamentation de Jérémie :« Mon œil a tourmenté mon âme» (Lamentations de Jérémie III, 51). Par l’introduction d’affections corrompues mes yeux ont détruit mon âme.Ainsi saint Grégoire dit que «les yeux, parce qu’ils nous entrainent au péché, doivent être réprimés». S’ils ne sont pas retenus, ils deviendront les instruments de l’enfer en forçant l’âme au péché presque contre sa volonté. «Celui qui regarde un objet dangereux», poursuit le saint, «commence à vouloir ce qu’il veut pas» . C’est ce l’écrivain inspiré s’est destiné à exprimer quand il a dit d’Holopherne que «sa beauté [de Judith] a rendu son âme captive».(Judith XVI, 11)

«Sénèque dit que «la cécité est une partie de l’innocence» ; et Tertullien rapporte qu’un certain philosophe païen, pour se libérer de l’impureté, s’est arraché les yeux.Un tel acte serait illicite pour nous, mais celui qui veut préserver la chasteté doit éviter la vue des objets qui sont de nature à exciter les pensées impures.«Ne considère pas», dit le Saint-Esprit, «une beauté étrangère ; … et c’est par là que la concupiscence comme un feu s’embrase»(L’Ecclésiastique IX, 8, 9). N’admirez pas sur un autre la beauté, car des regards vient la mauvaise imagination par laquelle un feu impur est allumé.Ainsi saint François de Sales disait que «ceux qui souhaitent exclure un ennemi de la ville doivent garder les portes verrouillées».

«Par conséquent, pour éviter la vue d’objets dangereux, les saints étaient habitués à garder les yeux presque toujours fixés à terre, et à s’abstenir même de regarder des objets innocents .Après avoir été un novice pour une année, Saint-Bernard ne pouvait pas dire si sa cellule était voûtée.En conséquence de n’avoir jamais levé les yeux du sol, il n’a jamais su qu’il y avait trois fenêtres à l’église du monastère, où il a passé son noviciat.Il a une fois, sans apercevoir un lac, marché le long de ses rives pendant près d’une journée entière ;et entendant ses compagnons en parler, il leur a demandé quand ils l’avaient vu. Saint Pierre d’Alcantara gardait les yeux constamment baissés, si bien qu’il ne connaissait pas les frères avec qui il conversait.C’est par la voix, et non pas par le visage, qu’il était en mesure de les reconnaître.

«Les saints étaient particulièrement prudents pour ne pas regarder les personnes de sexe différent.Saint-Hugues, évêque, s’il était contraint de parler avec les femmes, ne les regardait pas en face.Sainte Clarie n’aurait jamais fixer ses yeux sur le visage d’un homme.Elle fut grandement affligée parce que, quand levant les yeux à hauteur pour voir l’hostie consacrée, elle a, une fois, involontairement vu le visage du prêtre.Saint Aloysius n’a jamais regardé sa mère dans le visage .Il est tenu de Saint Arsène, qu’une noble dame était allée lui rendre visite dans le désert, pour le prier de la recommander à Dieu.Lorsque le saint comprit que son visiteur était une femme, il se détourna d’elle.Elle lui dit alors : «Arsène, puisque vous ne m’aurez ni vue ni entendue, rappelez-vous, au moins de moi dans vos prières». «Non», répondit le saint, «mais je vais demander à Dieu de me faire t’oublier, et de ne plus penser à toi».

«Àpartir de ces exemples peuvent être vues la folie et la témérité de certains religieux, qui n’ont pas le caractère sacré de sainte Claire, onttoujours leregard autour de la terrasse, dans le salon, et dans l’église, sur chaque objet qui se présente, même sur les personnes de sexe différent. Et malgré leur apparence sans surveillance, ils s’attendent à être exempts de tentations et du danger de péché.Pour avoir regardé une seule fois délibérément une femme qui ramassait des épis de maïs, l’abbé Pastor a été tourmenté pendant quarante ans par les tentations contre la chasteté . Saint Grégoire affirme que la tentation, vaincue par saint Benoît qui se roula dans les épines, s’éleva par un coup d’œil sur une femme imprudente.Saint-Jérôme, bien que vivant dans une grotte à Bethléem, dans la prière et les mortifications de la chair continues, a été terriblement inquiété par le souvenir de femmes qu’il avait vuesdepuislongtemps à Rome.Pourquoi les vexations similairesne devraient pasêtre le lot des religieux qui, volontairement et sans réserve fixent leurs yeux sur les personnes de sexe différent ? «Ce n’est pas», dit saint François de Sales, «la vision d’objets tant que la fixation de nos yeux sur eux qui rend plus pernicieux».

«»Si», dit saint Augustin, «nos yeux devaient par hasard tomber sur d’autres, nous prenons soin de ne jamais les fixer sur n’importe qui». Le père Manareo, en prenant congé de saint Ignace pour un endroit éloigné, regardait obstinément son visage : pour ce regard, il a été corrigé par le saint. De la conduite de saint Ignace, à cette occasion, nous apprenons qu’il n’était pas religieux de fixer les yeux sur le visage d’une personne même du même sexe, en particulier si la personne est jeune.Mais je ne vois pas comment regarder les jeunes personnes de sexe différent peut être dispensé de la culpabilité d’une faute vénielle, ou même de péché mortel, quand il y a danger de proximité du consentement pénal.«Il n’est pas permis», dit saint Grégoire, «de voir ce qu’il n’est pas permis de convoiter». Le mal pensé que produit les regards, même s’il doit être rejeté, ne manque jamais de laisser une tache sur l’âme.Frère Roger, un franciscain de pureté singulière, étant une fois questionné pourquoi il était si réservé dans ses rapports avec les femmes, a répondu, que lorsque les hommes évitent les occasions de péché, Dieu les préserve ;mais quand ils s’exposent au danger, ils sont juste abandonnés par le Seigneur, et tombent facilement dans certaines transgressions graves.

«L’indulgence des yeux, si elle pas productive de tout autre mal, au moins détruit la mémoire pendant le temps de la prière.Car, les images et les impressions causées par les objets vus avant, ou par l’errance des yeux, pendant la prière, occasionnent mille distractions, et bannissent tout souvenir de l’âme.Il est certain que sans mémoire religieuse, elle ne peut payer, mais donne peu d’attention à la pratique de l’humilité, de la patience, de la mortification, ou d’autres vertus.Par conséquent, il est de son devoir de s’abstenir de tous regards de curiosité, qui distraient son esprit des saintes pensées.Que ses yeux soient dirigés uniquement vers des objets qui soulèvent l’âme vers Dieu.

«Saint Bernard disait que fixer les yeux sur la terre contribue à garder le cœur dans le ciel. «Là où», dit saint Grégoire, «est le Christ, se trouvemodestie». Partout où Jésus-Christ habite par l’amour, la modestie est pratiquée.Cependant, je ne veux pas dire que les yeux ne doivent jamais être levés ou jamais fixés sur n’importe quel objet.Non ;mais ils doivent être dirigés uniquement sur ce qui inspire la dévotion, des images sacrées, et la beauté de la création, qui élèvent l’âme vers la contemplation de la divinité.Sauf en regardant ces objets, le religieux doit en général garder les yeux baissés, et en particulier dans les endroits où ils peuvent tomber sur des objets dangereux.En conversant avec les hommes, il ne doit jamais rouler les yeux pour les regarder, et encore moins pour les regarder une seconde fois.

«Car pratiquer la modestie des yeux, c’est le devoir d’un religieux, non seulement parce qu’elle est nécessaire pour sa propre amélioration de la vertu, mais aussi parce qu’elle est nécessaire pour l’édification des autres .Dieu seul connait le cœur de l’homme : l’homme ne voit que les actions extérieures, et par elles, il est édifié ou scandalisé. «Un homme», dit le Saint-Esprit, «est connu par son regard»(L’EcclésiatiqueXIX, 26) ; par le visage l’intérieur est connu.Ainsi, comme saint Jean-Baptiste, le religieux doit être «une ardente et brillante lumière»(Jean, verset 35). Il doit être une torche ardente de charité, et briller en resplendissant par sa modestie, pour tous ceux qui le regardent.Pour le religieux, les paroles suivantes de l’Apôtre sont particulièrement applicables : «Nous sommes donnés en spectacle au monde, aux anges et aux hommes»(1 Cor. IV, 9). Et encore : «Que votre modestie soit connue de tous les hommes ; le Seigneur est proche» (Phil. IV, 5).

«Les religieux sont observés attentivement par les anges et les hommes, et donc leur modestie doit être manifeste avant tout, s’ils ne pratiquent pas la modestie terrible sera le compte qu’ils devront rendre à Dieu le jour du jugement.Oh !quel dévotion inspire un modeste religieux, quelle édification donnet-il, en gardant les yeux toujours baissés ! Saint François d’Assise avait dit à son compagnon qu’il allait prêcher.Après avoir traversé la ville, les yeux fixés sur le sol, il est retourné au couvent.Son compagnon lui a demandé quand il avait prêché le sermon.Nous avons, répondit le saint, par la modestie de nos regards, donné une excellente instruction à tous ceux qui nous voyaient.Il est tenu de Saint Aloysius, que quand il marchait à travers Rome, les étudiants se tenaient dans les rues pour observer et admirer sa grande modestie.

«Saint Ambroise dit, que pour les hommes du monde, la modestie des saints est une puissante exhortation à l’amendement de la vie.«Le regard d’un homme juste est une exhortation pour beaucoup». Le saint ajoute : «Quel plaisir de faire du bien aux autres par notre apparence !»Il est tenu de saint Bernardin de Sienne, même pour un laïc, que sa présence était suffisante pour retenir la licence de ses jeunes compagnons, qui, dès qu’ils le voyaient, étaient habitués à donner un autre avis parce qu’il venait .A son arrivée, ils se taisaient ou changeaient le sujet de leur conversation. Il est également tenu de saint Grégoire de Nysse, et de Saint-Ephrem, que leur apparence inspirait la piété, et que la sainteté et la modestie de leur extérieur édifiaient et amélioraient tous ceux qui les voyaient.Quand Innocent II a visité Saint-Bernard à Clairvaux, la modestie extérieure du saint et de ses moinesétait telle, que le pape et ses cardinaux furent émus aux larmes de dévotion.Surius rapporte un fait très extraordinaire de Sainte Lucie, moine et martyr.Par sa modestie, elle induit tant de païens à embrasser la foi, que l’empereur Maximien, craignant devoir être converti au christianisme par l’apparition de la sainte, ne permettrait pas à la sainte homme d’être présentée à son point de vue, mais lui parlait derrière un écran.

« C’est notre Rédempteur qui a été le premier à enseigner, par son exemple, la modestie des yeux, commepeutêtre déduite dessaintsévangélistesla parole des savants auteurs, qui disent que dans une occasion il leva les yeux. «Et il leva les yeux sur ses disciples»(Luc, VI, 20). «Quand Jésus ayant levé ses yeux»(Jean, VI 5). De ces passages nous pouvons conclure que le Rédempteur gardaithabituellementles yeux baissés.D’où que l’Apôtre, louant la modestie du Sauveur, dit : «Je vous exhorte, par la douceur et la modestie du Christ»(2 Cor. X, 1).

«Je conclurai ce sujet avec ce que saint Basile dit à ses moines : «Si, mes enfants, nous voulons élever l’âme vers le ciel, tournons les yeux vers la terre «.Dès l’instant où nous nous réveillons le matin, prions sans cesse dans les paroles de saint David. «Détournez mes yeux, pour qu’ils ne voient pas la vanité» (Ps. CXVIII, 37)». (Saint Alphonse de Liguori,, la modestie des yeux, p. 252-261)

Saint François d’Assise sur la mortification de yeux

Saint François d’Assise a exhorté ses frères fréquemment de garder et de mortifier leurs sens avec le plus grand soin.Il a particulièrement insisté sur la garde des yeux, et il a utilisé cette parabole des deux messagers d’un Roi pour démontrer comment la pureté des yeux révèle la chasteté de l’âme :

«Un certain roi pieux envoya deux messagers successivement à la reine avec une communication de lui-même.Le premier messager revint et apporta une réponse de la reine, qu’elle avait prononcé exactement.Mais la reine elle-même ne dit rien parce qu’il avait toujours gardé ses yeux modestement baissés et ne les avait pas porté à regarder.

«Le second messager s’en retourna également. Mais après avoir livré en quelques mots la réponse de la reine, il a commencé à parler chaleureusement de sa beauté. «En vérité, mon seigneur», dit-il, «la reine est la femme la plus juste et la plus belle que j’ai jamais vu, et vous êtes vraiment heureux et béni de l’avoir pour ton épouse».

«Sur ce, le roi se mit en colère et dit : «Serviteur méchant, comment avez-vous osé jeter les yeux sur mon épouse royale ?Je crois que vous ne pouvez convoiter ce que vous avez si curieusement contemplé «.

«Puis il commanda à l’autre messager d’être rappelé, et lui dit : «Que pensez-vous de la Reine ?»

«Il répondit : «Elle a écouté très volontiers et humblement le message du Roi et a répondu plus prudemment».

«Mais le monarque lui demanda encore : «Mais que pensez-vous de son visage ? Ne vous a-t-il pas semblé très juste et beau, plus que n’importe quelle autre femme ? «

«Le serviteur répondit : «Mon Seigneur, je ne sais rien de la beauté de la reine.Qu’elle soit juste ou non, c’est à vous seul de connaître et de juger.Mon devoir était seulement de lui transmettre votre message».

«Le roi répondit : «Vous avez bien répondu et à bon escient.Vous qui avez des yeux chastes et modestes serez mon chambellan.De la pureté de vos yeux je vois la chasteté de votre âme. Vous êtes digne de prendre le soin des appartements royaux qui vous sont confiés».

«Puis, se tournant vers l’autre messager, il dit : «Mais vous, qui avez des yeux immortifiés, partez du palais.Vous ne devez pas rester dans ma maison, car je n’ai pas confiance en votre vertu». (LesLondres, R. Washbourne, 1882, p. 254-255)

Saint Hippolyte de Rome sur la mortification des yeux

En ce qui concerne la modestie des yeux et des vertus connexes, Saint-Hippolyte de Rome (170-236),écritdans:

«[ Proverbes 4, 25. «Que tes yeux voient ce qui est droit, et que tes paupières précèdent tes pas».Vulg. ] Il «voit ce qui est droit», qui a des pensées libres de passion ;et a des jugements vrais, qui n’est pas dans un état d’excitation sur les apparences extérieures.…

«[ Proverbes 6, 27. «Est-ce qu’un homme peutcacher dufeu dans son sein, sans que ses vêtements s’embrasent ?»Vulg. ] Que tu ne pourras pas dire, quel mal y a t-il dans les yeux, quand il n’est pas nécessaire qu’il soit perverti celui qui regarde ?il te montre que le désir est un feu, et la chair est comme un vêtement.Ce dernier est une proie facile, et le premier est un tyran.Et quand quelque chose de néfaste n’est pas seulement pris dedans, mais aussi a lieu rapidement, il n’ira plus avant à nouveau jusqu’à ce qu’il en sort lui-même. Car celui qui regarde une femme, même s’il échappe à la tentation, ne se détache pas pur de tout désir.Et pourquoi devrait-il avoir de la difficulté, s’il peut être chaste et sans difficulté ?… Et, au sens figuré, il garde un feu dans sa poitrine qui permet à une pensée impure d’habiter dans son cœur.Et il marche sur des charbons comme par le péché en acte, qui détruit sa propre âme.

«[ Proverbes 7, 21-25. [21] «Elle l’a enlacé par la multitude de ses paroles ; et par les flatteries de ses lèvres, elle l’a entraîné.[22] Aussitôt, il la suit comme un bœuf pour servir de victime, et comme un agneau bondissant et ignorant, l’insensé, qu’on entraîne pour le lier. [23] Jusqu’à ce qu’une flèche ait percé son foie ; comme un oiseau va précipitamment dans un filet, ignorant qu’il s’agit du danger de son âme.[24] Maintenant donc, mon fils, écoute-moi, et sois attentif aux paroles de ma bouche.[25] Que ton esprit ne soit point entraîné dans les voies de cette femme ; ne t’égare pas dans ses sentiers». Vulg. ] Le «cemphus» [le fou] est une sorte d’oiseau de mersauvage, qui a une impulsion siimmodéréeà la jouissance sexuelle, que ses yeux semblent se remplir de sang dans le coït ;et il tombe souvent à l’aveuglette dans des pièges, ou dans les mains des hommes [Note : «Le cemphus est dit être un oiseau de mer «entraîné à tout vent égal à un imbécile» (cf. Proverbes 7, 22-23)].Pour ce faire, par conséquent, il [Salomon] le compare l’homme qui se donne à la prostituée à cause de son désir immodéré ;ou bien à cause de la folie insensée de la créature, car lui aussi poursuit son objet comme un insensé.Et il est dit que cet oiseau est tellement heureux avec de la mousse, que si l’on tient de la mousse dans la main quand il vole, ils’assiérasur la main.Et il apporte ausside la douleurenvenant.

«[ Proverbes 7, 26. «Car elle a renversé beaucoup de blessés qu’elle avait faits, et les plus forts, quels qu’ils fussent, ont été tués par elle».Vulg. ] Vous avez vu son méfait.Attendez de ne pas admettre le soulèvement de la luxure ; sa mort est éternelle.Et pour le reste, par ses paroles, ses arguments en vérité, elle cause des blessures, et par ses péchés, elle tue ceux qui se soumettent à elle. Car beaucoup sont les formes de méchanceté qui mènent l’insensé en enfer.Et les chambres de la mort ne signifient ni ses profondeurs ou son trésor.Comment, alors, est-cepossible d’échapper ?» (Lesœuvresexistantes et des fragments d’Hippolyte,»Sur Proverbes», par Saint Hippolyte de Rome (170-236), vol. 5, Pères anté-Nicéens)

Saint Jean Chrysostome sur la mortification des yeux

Saint Jean Chrysostome, 6ème homélie de Carême sur la conversion : « Il est tout à fait honteux que des hommes jeunes et même des vieillards en arrivent si facilement à commettre ces écarts. Plût à Dieu d’ailleurs que le mal se limite à la honte, bien que ce sentiment soit insupportable à tout homme digne de ce nom et que le blâme et l’infamie soient pour lui les pires des offenses. Mais ces actes appellent un châtiment qui dépasse la honte ; ils attirent une grave punition, une vengeance sévère. Il est en effet inévitable que toutes ces personnes qui fréquentent ces endroits commettent le péché d’adultère, non pas seulement pour s’être livrées à l’acte coupable, mais pour avoir jeté des regards impurs sur les femmes qui s’y trouvent . Que ces hommes soient punis de leur crime n’est pas une nécessité que je vous imposerai en mon seul nom, de peur que vous n’en fassiez que bien peu de cas ; non ; mais je vous citerai à l’appui la loi divine que vous ne pourrez alors contester. La voilà : Voyez-vous comment se caractérise l’adultère ? Voyez-vous la faute dans toute son ampleur ? Le plus effrayant, c’est que l’homme adultère doit affronter non pas un tribunal humain pour répondre de son crime, mais le tribunal divin, cette instance où les châtiments sont éternels.. Le Seigneur ne s’attaque pas seulement au mal, mais également à la racine du mal qui, en l’occurrence, n’est rien d’autre que le désir impur. Aussi ne blâme-t-il pas uniquement l’acte d’adultère : il s’en prend également au désir qui en est la source.

« Les médecins agissent d’ailleurs de la même façon. Ils ne combattent pas seulement la maladie, ils cherchent aussi à en maîtriser les causes. Ainsi, si l’un de leurs patients souffre des yeux, ils commencent à résorber les épanchements douloureux à partir des tempes. Tel est le principe du Christ. L’adultère est assimilé à une véritable ophtalmie ; mais le mal ici n’affecte pas les yeux du corps, mais ceux de l’âme. C’est pourquoi il s’attache à refouler les élans de concupiscence par la crainte que suscite la loi : il réprouve donc le désir coupable au même titre que l’acte adultère.

: si désormais le cœur est corrompu, quel intérêt présente encore le reste du corps ? Dès que nous voyons des plantes ou du bois rongés en leur cœur, ne renonçons-nous pas à en faire quoi que ce soit ? Il en est absolument de même pour les hommes ; lorsque le cœur est perdu, qu’importe que le reste du corps soit en bonne santé ! Le conducteur du char est mort, on l’a tué et précipité du haut de son véhicule : c’est en vain que les chevaux poursuivent leur course.

« La loi est certainement dure ; son respect suppose un très gros effort : mais la récompense que nous en obtenons est admirable. N’est-ce pas d’ailleurs le propre des épreuves les plus lourdes d’offrir de larges compensations ? Ne vous préoccupez pas uniquement de la peine, songez plutôt à la récompense. Si, dans votre vie courante, vous ne détachez jamais les bonnes actions que vous pouvez réaliser de la peine qu’elles représentent, vous verrez toujours une tâche difficile et pesante ; si par contre vous considérez la récompense quelles vous offrent, elles vous paraîtront toutes faciles.

« Le marin ne sortirait jamais son navire du port s’il considérait uniquement le danger de la mer ; mais dès lors qu’il envisage le commerce qu’il peut réaliser et qu’il peut réaliser et qu’il le compare au risque encouru, il n’hésite pas à tenter sa chance et à affronter l’océan. De même, si le soldat ne prend en considération que les blessures ou les carnages, il ne revêtira jamais sa cuirasse ; mais si, en regard de ces périls, il place les trophées et les victoires, il se précipitera au champ de bataille comme s’il courait à une fête. Cela vous montre bien que les entreprises pénibles par nature nous paraissent faciles dès que nous considérons non pas la peine qu’elles impliquent mais la récompense qu’elles offrent.

« Ce prodige vous intrigue ? Écoutez ce que nous dit Paul à ce propos : « N’est-ce pas là une véritable énigme ? Si l’on parle d’affliction, comment peut-on qualifier cet instant de « ? Et s’il s’agit d’un événement bénin, pourquoi parler « ? Ce sont des notions qui ne sont guère compatibles !

« Paul a levé le voile sur cette énigme : la suite de son discours nous explique cette : « Il nous expose la récompense, et le combat ne nous paraît plus âpre ; il nous présente la contrepartie de nos efforts et leur intensité se trouve atténuée.

« Désormais, lorsque vous verrez une femme resplendissante, magnifiquement vêtue, que vous sentirez vos désirs s’exciter en vous et que vous serez profondément séduits, levez les yeux vers la couronne qui est au-dessus de vous ; vous maîtriserez l’impression produite par ce dangereux spectacle. Vous voyez une compagne d’esclavage ? Songez au Maître, et vous mettrez définitivement fin à votre tourment. De jeunes enfants sont bien capables de suivre leur moniteur avec une discipline parfaite et de se concentrer sur leurs études ; et vous, ne serez-vous pas capables de vous affranchir de ces écarts, vous qui de surcroît soumettez toutes vos pensées à la discipline du Christ ?

Je me plais à vous lire et relire cet extrait de la loi. Puissé-je vous en entretenir toute la journée ! Pas tant vous d’ailleurs que les fidèles qui ont à répondre de ces fautes. Mais mon propos s’adresse à vous également, car vous en serez raffermis, et ceux qui sont encore en proie à cette maladie recouvreront rapidement la santé.

–déclaration condamnée
Steve Madden Sandales Women Sandalia 39 Nero PRzBBTztfP
Canada Australia Español Français Italia
Agatha Ruiz de la Prada Stamp Bottes Motardes Fille Bleu A FB Marino/Kaiser/Serraje/Borreguillo 35 EU Bottes Motardes Fille Bleu (A FB Marino/Kaiser/Serraje/Borreguillo) jOcDV
Partager

6 mythes au sujet du discipulat

SHARE
Ministère

Beaucoup de personnespensent que le discipulat intervientseulement après la conversion. Elles pensent que le discipulat, l’enseignement des rudiments de la vie chrétienne ,est ce qui se passe après la profession de foi.Dans la même veine, elles pensent parfoisqu’il est possible d’avoir été chrétiensans avoir appris les bases de la vie de disciple.

Cependant, la vérité est que tous les chrétiens sont des disciples de Jésus-Christ. Ainsi, nous sommes toujours en danger quand nous insinuons quedeux classes de chrétiens coexistent dans l’Église.

Similaire au premier mythe,le discipulat serait seulement pour lechrétiens super-engagéet non pour le chrétien . Encore une fois, il insinue qu’il y aurait deux niveau d’engagement dans l’église : un petit groupe de disciples de Jésus engagés et une vaste foule de croyants ordinaires. Une autre version de ce mythe peut insinuer que les pasteurs et/ou missionnaires sont les vrais «disciples».

Cependant, la vérité est que nous sommes tous appelés à être disciples, peu importe où nous sommes. Et ce mythe court le danger d’enseigner la grâce à bon marché, un salut qui a peu d’impact dans notre vie quotidienne.

Le discipulat est souvent compris comme étant une stratégie comme le “mentorat en tête-à-tête”, les “petits groupes” ou les “formations de discipulat en 12 semaines”. Plusieurs pasteurs et auteurs parlent de «discipulat intentionnel»pour se référer à ce genre de stratégieou d’activité.Ala manière de Jésus et de son petit groupe de disciples, nous utilisons cette méthode.

Cependant, la vérité est que le discipulat authentique est le but de tous les ministères de proclamationde l’Évangile de Jésus. Si nous réduisons la multiplicationdes disciples à une méthode particulière, alors nous présumons faussement que les autres parties de la vie chrétienne n’ont rien à voir avec le discipulat.

Selon ce mythe, le discipulat est une relation de confiance où une personnes est redevable envers une autre pour son culte personnel, sa participation à l’église ou au renoncement à certains vices et péchés comme la pornographie. Bien que ce soit une bénédiction d’être transparent au sujet de nos péchés et de nos luttes, on court le danger de satisfaire le «mentor» plutôt que Christ.

La vérité est que nous sommes déjà redevables envers le Seigneur Jésus-Christ pour notre culte personnel, repentance et vie de disciple.

La prédication est souvent associée avec l’enseignement et la doctrine plus qu’avec le discipulat. Selon ce mythe, la prédication n’est pas du discipulat parce qu’elle est générale et publique, alors que le discipulat seraitprivé et en tête-à-tête.

Cependant, la vérité est que la multiplication des disciples a plusieurs visages.Jésus faisait des disciples en prêchant aux foules qui le suivaient. Le discipulat, c’est ce que nous proclamonspartout et en tout lieu.

Plusieurs de nos membres d’église ne se sentent pas personnellement appelés à obéir au mandat missionnaire du Seigneur. Ils pensent que la tâche de faire des disciples est le travail des pasteurs et responsables d’église. Les «chrétiensordinaires» soutiennent seulement leur travail par d’autres moyens.

La vérité est que le discipulat se rapporte à la vie chrétienne entière dans le service pour notre Seigneur Jésus. Chacun est appelé à faire des disciplesen utilisant ses dons, dans soncontexteet selonses opportunités. Tous sont appelés à répondre à l’appel de Jésus en Matthieu 28:19 : «Allez, faites de toutes les nations des disciples…»

Cet article est d’abord apparu sur le site GoThereFor.com . Traduit avec autorisation.

Mythe 1 :

Calcul d’itinéraire en Suisse et ailleurs avec ViaMichelin

ViaMichelin vous permet de préparer un itinéraire à partir de Zürich vers toutes les destinations de votre choix en Suisse et en Europe. Calculez votre itinéraire : Itinéraire Zürich – Berne, Genève - Zürich, Genève – Berne, Berne - Zürich, mais aussi Zürich - Berlin, Amsterdam – Genève, Genève – Vienne... Votre Itinéraire ViaMichelin est disponible sur toutes les routes en Suisse, les routes d'Europe, les autoroutes, la fameuse route 66 aux Etats Unis. Le calcul d’itinéraire sur ViaMichelin intègre le trafic en temps réel.

Tout ViaMichelin: Zurich

Itinéraires

Cartes

Météo

Trafic

Hôtels

Restaurants

Tourisme

Top recherches Viamichelin